Le domaine, une quête d'excellence

Petite histoire de la maison Demière, un style riche en émotion

Tout est mis en œuvre pour vous mettre en joie. Notre vocation réside dans l’envie incontournable de vous procurer du plaisir à la dégustation et de vous faire vivre une expérience inoubliable.

Nous travaillons jour après jour à affiner ce style inspiré et incomparable pour vous faire voyager au delà des frontières du possible pour aller au plus profond de vos perceptions et de vos ressentis.

Ces souvenirs ainsi créés nourrissent ce lien humain indéfectible entre nous deux et tous ceux qui nous entourent pour engendrer et cultiver cet Egregor.

C’est en 1936, lors de l’acquisition des premiers pieds de vignes par Fernand DEMIERE, que débute l’histoire de notre champagne à Fleury la rivière, au coeur du vignoble champenois. Les raisins étaient alors vendus à un négociant, puis ce fut la guerre et les blessures.

En 1945, il commercialisa ses premières bouteilles, et alternait un travail de caviste à Epernay, pendant que son épouse Cajia travaillait la vigne.

En 1956, il cumula environ 80 ares de vignes. Cette année, c’est l’arrivée de Jack, son fils, sur l’exploitation familiale. Il est alors âgé de 16 ans, et son objectif est de développer l’exploitation. Il crée alors une entreprise de prestation de service en vinification (mise en bouteille, dégorgement, filtration), qui lui permet grâce aux bénéfices d’’agrandir son terroir.

En 1966, il acquière un centre de pressurage (66 rue François Arnoult) comprenant deux pressoirs traditionnels champenois. Avec sa Femme Arlette, il donne un nouvel élan au développement de la maison.

Au début des années 80, La maison adhère à la charte des caves particulières (vignerons indépendants aujourd’hui), qui reflète ses méthodes de travail. (il ne subsiste qu’une dizaine d’adhérents en Champagne à cette époque).

En 1998, Audrey et Jérôme reprennent le relais, puis créent en 2003 , la société A & J DEMIERE. Ils acquièrent une nouvelle cave en 2010, 32 rue François Arnoult puis par souci de confort de travail, de compétitivité et d’images, ils font construire en 2015 un nouveau chai à l’entrée du village.